17 décembre 2017
Breaking News
Home » Carnet de Voyage » Indonésie … la fin
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Indonésie … la fin

Après le village traditionnel de Wae Rebo et la ville de Ruteng, nous prenons la route en direction de Bajawa, à quelques 6 heures de route.

De là nous louons un scooter pour nous aventurer sur la côte Nord de l’île, à Riung (3 heures de route encore pire que pour aller à Wae Rebo, on a d’ailleurs crevé une roue sur le chemin du retour) où se situe le Parc National Maritime des « 17 islands ».

Le lendemain nous partons sur un petit bateau pour une journée de snorkelling sur des iles désertes et en pleine mer. Une fois de plus, nous allons espionner ces petits poissons… les pauvres petits, mais ils sont tellement beaux ; cette fois-ci on vous épargne d’une vidéo qui j’imagine paraitrait assez similaires aux précédentes. C’est bien dommage parce que les fonds étaient splendides, pas aussi beaux que lors de la plongée à Komodo, mais sans doute un des meilleurs spots de snorkelling que l’on ait fait. En milieu de journée, le bateau accoste sur la plage d’une île totalement déserte pour y manger. Le capitaine prépare alors un feu de camp avec des noix de coco séchées et nous fait griller de délicieux poissons, accompagnés de légumes et salades qu’il avait emportés sur le bateau… un bon repas sur une île idyllique, que demander de mieux. En fin de journée, nous nous approchons de la mangrove où nous assistons à un spectacle incroyable : des millions de chauves-souris volent au-dessus des arbres, Ce ballet effectué par ces grosses bêtes, d’une envergure d’au moins 80 cm, tournoyant dans le ciel faisait penser à une ruche ou un essaim d’abeilles de plusieurs kilomètres de long sur plusieurs centaines de mètres de large… magnifique.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aux alentours de Bajawa, plusieurs villages traditionnels subsistent, pour le plus grand bonheur des touristes. Ces villages sont assez différents de ce qu’on avait pu voir à Wae Rebo. Le village de Bena était magnifique, ce village vit essentiellement d’artisanat, surtout du tissage, devant presque chaque maison, on trouve une femme en train de tisser. Une grande partie des femmes (quelques hommes également) mâchent du bétel (un genre de coca), ce qui leur rend les dents et lèvres rouges.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Par la suite, nous reprenons la route (encore une fois) pour aller à Moni, où se trouve l’attraction majeure de l’île de Flores : le Mont Kelimutu et ses fameux 3 lacs.

Ce volcan contient 3 lacs au sein de son cratère, tous d’une couleur différente. C’est très étonnant puisqu’ils sont très rapprochés les uns des autres, et les couleurs n’ont vraiment rien à voir entre elles.

Mais ce qui est encore plus étonnant, et ce qui en fait sa particularité est que les lacs changent de couleur régulièrement en fonction de la composition chimique des eaux: ils peuvent être turquoise-rouge-noir, orange-jaune-marron…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le soir, nous avons mangé dans un restaurant dont le chef nous avait accosté dans la journée pour nous faire l’éloge de sa cuisine et bien sûr pour que nous y allions manger. Après quelques hésitations (le repas est le plus cher que nous ayons pris en Indonésie),  on se décide quand même à y aller : une cuisine indonésienne réellement originale et inventive (soupe de lait de coco avec légumes et épices, plat de poulet superbement cuisiné accompagné de riz de montagne, fleurs de bananier et fruits rôtis). On pourrait considérer ce resto comme un resto gastronomique indonésien. C’était super bon, le meilleur que nous ayons fait en Indonésie, on y est même retournés le lendemain soir (il nous avait fait un gros discount si on revenait le lendemain). Le seul problème c’est que la fameux cuisto qui nous avait accosté n’est quasiment jamais entré dans la cuisine ; c’est son épouse qui faisait tout aux fourneaux.

Pour terminer sur Flores, nous nous sommes dirigés vers Maumere, d’où nous avions un vol pour revenir à Jakarta. Voulant profiter un peu des derniers moments indonésiens, nous optons pour une homestay assez éloigné de la ville et placée sur une plage. On a pris un bungalow en bambou directement sur la plage (on n’a jamais été aussi près de l’eau, moins de 5m). C’était l’idéal, une super vue et en plus pas cher, mais le petit hic c‘est que nous n’étions pas seuls… cette charmante cabane était habitée par des rats et varans. On s’est fait massacrer nos 2 petits sacs à dos par les rats, et on s’est fait piquer notre savon par le varan !!! non mais franchement qui irait braquer un savon !!! Donc les nuits ont été un peu courtes pour biket qui guettait les rats avec sa lampe et dormait avec un bâton dans la main, pendant que bikette elle, dormait tranquillement. Le pire c’est qu’ils n’étaient même pas effrayés ces effrontés, on les éclairait et tapait avec la bâton sur le plancher, mais ils restaient là à nous regarder en ayant l’air de dire « et oh les mecs vous allez pas faire la loi, vous êtes chez moi ici, je loue à l’année ; vous avez déjà de la chance que je vous morde pas pendant votre sommeil !!» ; bref, les nuits ont été courtes, et le lendemain matin, on s’est aperçus qu’ils avaient bouffé une culotte de bikette…

Les derniers moments en Indonésie ont été passés à Jakarta, capitale de plus de 10 M d’habitants. Initialement on ne voulait pas trop y aller, puisque ça ne nous semblait vraiment pas terrible, et sans intérêt. Mais comme notre avion pour Hong Kong partait de là, et qu’on voulait y arriver au moins la veille pour éviter tout problème de retard, on n’avait pas vraiment le choix. Et au final, on ne regrette pas, puisqu’on a été plutôt agréablement surpris par cette ville immense, au moins par ce que l’on en a vu, c’est à dire une toute petite partie. Les quartiers du centre sont dans l’ensemble assez jolis, de beaux monuments, certains subsistant de la période coloniale hollandaise, bon ceux là malheureusement sont en très très mauvais état. Bon il faut être honnête, on a traversé des quartiers pas terrible du tout et le canal qui traverse la ville est en fait une décharge couplée aux égouts… ça donne vraiment la gerbe.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Check Also

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Galapagos, la suite et fin …

Après une première partie de séjour très appréciable aux Galapagos, on a continué sur la …

3 comments

  1. Plus aucune excuse de ne pas avoir réalisé le defi Batman! Darky va prendre cher, pauv’ bête… Gros bisous

    • Malheureusement, on n’a pas réussi à trouver de chauves-souris à manger, c’était une réserve naturelle ! Pourtant, on a tout fait pour en manger … Pauvre Darky déjà qu’il est mal en point…

  2. Bonjour les voyageurs, pourriez vous nous contacter au CA de Brioux Sur Boutonne pour confirmation ? trés belles photos ! ça fait rêver ! Bonne route. Farida MOULAMAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *