20 septembre 2017
Breaking News
Home » Carnet de Voyage » Ja, portrait d’une jeune laotienne
BWT - Ja accueil copie

Ja, portrait d’une jeune laotienne

Ayant jusqu’à maintenant principalement écrit des articles des lieux visités, nous avons souhaité vous apporter un autre regard sur le pays et ses habitants. 

Lors de notre séjour à Don Khone, sur les 4000 îles, nous étions logés dans une guesthouse où, comme la plupart des guesthouses au Laos, et ailleurs en Asie, c’est une affaire de famille ; mais quand on pense famille pour tenir un business ici, ce n’est pas uniquement papa et maman, tout le monde s’y met.

Et Ja, la fille ainée de cette famille en fait partie.

A notre arrivée, c’est elle qui nous a accueilli pour nous montrer les chambres. A peine 15 ans et déjà une bonne expérience, pas moyen de négocier le prix, tout en gardant le sourire.

Après avoir déposé les sacs, nous allons dans le restaurant de la guesthouse pour nous repaître après de longues heures de voyage, et là c’est encore Ja qui prend la commande.

BWT - Ja service

Après quelques temps d’attente, nos plats arrivent, non pas apportés par Ja, mais par Soukhsane, la petite sœur de Ja. Du haut de ses 9-10 ans, on sentait cette envie de bien faire et d’un travail consciencieux, tout en gardant une touche d’innocence propre à son âge ; après avoir déposé les plats, elle repartait en dansant et en sautillant.

En mangeant notre très bon repas, nous apercevons la mère, enceinte, en train de changer les draps d’une chambre… ah ils ne sont quand même pas seuls ces enfants.

Après être restés quelques jours dans cette guesthouse, nous nous sommes aperçus que Ja faisait bien plus que ça : après avoir pris la commande, c’est elle qui allait en cuisine faire à manger, elle servait également, elle était à la caisse, accueillait les clients, ouvrait la boutique le matin avant 7h et la fermait le soir vers 22h…qui plus est dans un anglais approximatif, ce qui rendait la tâche encore plus ardue, mais tellement pleine de volonté.

Nous apercevions le père de temps en temps qui était pêcheur ou emmenait des touristes en bateau pour aller voir les chutes ou autres promenades en bateau ou en train de faire un sieste pendant que les filles travaillaient.

Ne pensez pas que Ja ne va pas à l’école ; c’était la période des vacances scolaires, c’est pour ça qu’elle travaillait toute la journée. Le reste de l’année, elle travaille à la guesthouse le matin avant d’aller à l’école, durant la pause déjeuner et le soir en rentrant de l’école. On ne peut pas dire que ses vacances soient vraiment des vacances.

Un matin nous avons entendu des grands cris provenant de leur maison. A notre réveil nous avons appris que c’était la mère qui venait d’accoucher, alors que la veille elle était encore en train de faire les chambres. Ce fut un grand moment de bonheur dans la guesthouse, mais ça signifiait encore plus de travail pour Ja puisqu’elle ne serait plus aidée que par sa petite sœur. D’ailleurs on l’a ressenti dans les jours qui ont suivi puisque son visage était marqué par la fatigue. Surtout que le père a beaucoup fêté la naissance et passait ses journées à dormir pour cuver.

Tout le temps que nous avons passé à la guesthouse, nous l’avons toujours vue affairée, occupée à faire quelque chose, quand ce n’était pas pour les clients (resto, chambres, magasin, vente de tickets…) elle devait s’occuper de ses 3 petites sœurs.

BWT - Ja cuisine BWT - Ja linge

Nous avons choisi de raconter un extrait de la vie de Ja puisque nous l’avons côtoyée quelques jours, mais c’est le quotidien de tellement enfants au Laos. Par exemple, toujours à Don Khone, nous avons été manger dans un restaurant où deux sœurs (l’une d’une dizaine d’année, et l’autre un peu plus jeune) tenaient le restaurant : elles faisaient le service, la cuisine, la caisse, la vaisselle…et ce n’est qu’un exemple parmis tant d’autres.

Check Also

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans le désert du Wadi Rum…

Après une petite heure de route depuis Aqaba, nous arrivons au visitor center du Wadi …

7 comments

  1. La bas , c’est bien trop jeune pour travailler aussi dure, chez nous , certains jeunes et moins jeunes feraient bien de prendre l’exemple , de ce dévouement et de cette volonté de vouloir aider pour faire avancer les choses. De toutes façons, ils ne doivent avoir beaucoup le choix, s’ils ne veulent pas mourir de faim. Par contre les pères ne sont pas très respectueux,…………………..
    Sinon bonnes vacances, et ramenez nous encore plein de belles images et de souvenirs qui nous font nous aussi voyager un peu.
    Grosses bises à vous deux.
    La Bouchetterie.

  2. Super témoignage que l’on à envie de transmettre à tous ces enfants gâtés et à leurs parents qui ont le culte de l’enfant roi !
    quant aux mecs ils ont un statut universel ?
    sortir de son cocon et voir le monde est une grande aventure philosophique.
    pour vos nouvelles découvertes ,bonne route et continuez à nous enchanter .
    Bises

  3. Beau témoignage très touchant mais dur. Ce serait une bonne leçon de moral à faire
    en cours pour certains enfants de chez nous. Ces pauvres enfants n’ont pas le choix,
    c’est leur moyen de survie s’ils ne veulent pas mourir de faim.
    Les hommes eux par contre, du non respect, le chef, le roi…….. pensent qu’à eux.
    Merci à vous pour ce récit.
    Bonne continuation et à bientôt
    Bisous
    Claude et Michel

  4. Coucou les Bikets,

    Dans vos autres récits on perçoit la vie locale, mais c’est vraiment chouette d’y avoir consacré un article pour encore mieux nous faire partager votre expérience.

    Et n’oublions pas les super illustrations: BRAVO Annegribouille!!

    Des bisous et bon voyage vers l’Oceanie…

  5. Berton chantal et guy (NIORT).

    Bonsoir tous les 2 ;
    La vie de JA est , bien sûr , très difficile ; mais cela ne me surprend pas . En effet , dans les pays en voie de développement ; on voit cela très couramment même si ça nous choque , nous qui vivons dans un pays « développé ». C’est bien sûr très désagréable à voir ; mais aussi à faire comprendre non seulement aux enfants dont j’ai la charge , mais aussi à leur parents (différence de culture et de développement du pays ).
    Bon courage pour la suite de votre voyage , grosses bises à tous les 2 , à +. CHANTAL

  6. Salut les bickets, Nivelles toujours sur les ondes.
    Photos, vidéos, carnets de vos aventures nous ravissent.
    Poursuivez votre chemin avec autant de récits, ressentis et témoignages.
    Je rajoute : un grand, grand merci à vous (et aide familiale !) de la part des filles et de nous.

  7. Quel beau témoignage. On a envie de la connaître et de l’aider cette jeune Jà.
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *