20 septembre 2017
Breaking News
Home » Carnet de Voyage » Du Salkantay Trek au Machu Picchu…
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Du Salkantay Trek au Machu Picchu…

Notre aventure à Cusco continue avec la raison principale de cette étape : le Machu Picchu. On ne pouvait pas aller au Pérou sans aller voir cette merveille Inca. C’est un peu comme aller à Paris sans aller voir la Tour Eiffel, on peut s’en passer, mais c’est très balot de la rater.

Sauf que pour aller voir le Machu Picchu, c’est un peu comme cuisiner un œuf : il y a plein de manières différentes, mais on ne sait pas trop laquelle choisir… On peut y aller directement en bus et en train, et faire ça dans la journée ou en deux jours, mais c’est cher et un peu intensif en termes d’horaires. On peut aussi éviter le trajet de train et longer la voix ferrée à pied après le trajet en bus : c’est la solution la moins onéreuse. D’autres solutions consistent à faire un trek avant et arriver directement au pied du Machu Picchu ; c’est la solution qu’on a choisie, mais là encore on doit choisir. Il existe plusieurs treks de 3, 4 ou 5 jours. Le plus connu est le « Chemin des Incas », mais le nombre de personnes par jour empruntant ce circuit étant limité et sa renommée tellement important qu’il faut réserver plusieurs mois à l’avance (jusqu’à 6 mois pour un trek en pleine saison touristique, juillet et août). Vient ensuite le Salkantay trek, un peu moins connu que le précédent mais tout de même. Ici, aucun quota donc on peut réserver la veille pour le lendemain. Il existe également le Lares trek, dont les paysages semblent très beaux, mais qui est assez cher puisqu’il faut des porteurs pour tout emmener (tentes, matelas, matériel de cuisine, nourriture…). Il existe aussi une autre solution le jungle trek qui combine, vélo et marche. Comme d’habitude, voyageant la fleur au fusil et n’organisant rien à l’avance, on a opté pour un trek disponible et abordable, le Salkantay Trek. Après, restait à trouver l’agence, ce qui est une autre paire de manche, parce qu’à Cusco, il existe quasiment plus de tour operators que de restaurants, avec des prix variant du simple au double (de 200$ à 550$), voire plus. On en a fait une dizaine et on a opté pour SAP Adventures qui semblait sérieuse, et avec un prix raisonnable : on a payé 250$ par personne, tout compris (guide, nourriture pendant 5j, tente, matelas, entrée au Machu Picchu, train du retour, bus de l’aller et du retour…).

On est partis de Cuzco très tôt, vers 3h du matin, on a pris un petit bus pour aller jusqu’au début du trek. Compte tenu de notre expérience du Canyon de Colca, on appréhendait un peu car on ne voulait pas se retaper des journées de seulement 2-3h de marche… on n’a pas été déçus, loin de là !

La première journée démarrait d’un petit village, Mollepata, encaissé dans une vallée bordée d’arbres et de prés. On a commencé à marcher à travers des forêts, des champs, des petits sentiers, tout ceci en montant continuellement. Au fur et à mesure de notre progression, on voyait la vallée se dévoiler un peu plus sous nos yeux, mais également les vallées voisines ; il faisait chaud et sec. On a marché comme ça pendant 8-10h avant d’arriver au premier campement : au fond de la vallée, entourés de sommets enneigés…et oui, on avait pris de l’altitude tout au long de la journée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain matin, on attaquait la grosse journée : le passage du col du Pampa de Salkantay, à 4600m. On a démarré très tôt le matin, on avait mangé avant cette fois. On a marché 2-3h en dénivelé positif constant assez fort, avec l’altitude on n’allait pas très très vite et on était bien contents d’arriver en haut. On s’est posés là un peu et le guide nous a fait faire une cérémonie de la Pacha Mama (la mère nature) : on superpose des cailloux avec un feuille de coca entre chaque, on arrose avec de l’alcool et on récite une prière en Quechua.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après avoir dit merci à la Pacha Mama pour être arrivés jusque là sans problème, on a attaqué une longue descente vers des températures plus clémentes et des paysages radicalement différents. Le campement du soir était en pleine forêt tropicale où il faisait chaud et humide. On y est arrivés peu de temps avant la nuit, après une douzaine d’heures de marche.

La troisième journée, on a continué notre descente dans la forêt verdoyante avant d’arriver dans un petit village. On a posé nos sacs et on est partis faire un tour aux bains naturels d’eau chaude : un régal, après avoir traversé différents climats pendant 3 jours (froid, poussière, humidité, chaleur…) on était super contents de pouvoir se baigner dans de l’eau très claire à 40°C, ne serait-ce que pour se laver. Le soir, on a passé la soirée à faire la fête avec toutes les personnes de notre groupe, le guide et les cuisiniers. On était 14 dans le groupe mais c’était super, il y avait une super ambiance et le guide y était pour beaucoup : Edwin était toujours de bonne humeur, toujours le sourire, il racontait plein de blagues, tout en restant sérieux et responsable. En plus il parlait super bien anglais. On était nombreux, mais Edwin nous donnait la direction et les points d’arrêt, ce qui nous permettait d’avancer à notre rythme, sans attendre tout le monde (ce qui est très souvent le problème de marcher en groupe).

L’avant dernier jour, on a commencé la journée par une activité assez loin d’une randonnée : de la zip line (tyrolienne), mais pas n’importe laquelle. Il y avait 6 tronçons de plusieurs centaines de mètres (la plus grande faisait 1km), le tout avec plusieurs centaines de mètres de vide au dessous de nous. On s’est éclatés, on a commencé par des positions assez classiques (assis comme dans un siège), pour évoluer vers des positions plus osées (à l’envers, la tête en bas) pour finir par un superman : on retourne le harnais, on est accrochés par le dos et on se met à l’horizontal les poings en avant. On avait l’impression de voler… ça doit être bien d’être Clark Kent.

Zipline-4

Zipline-2

Ensuite on a rejoint le début de la voie ferrée, qu’on a longée pendant 3h pour arriver à Agua Calientes, la ville au pied du Machu Picchu. Cette petite ville ultra touristique a été construite exprès pour accueillir les hordes de touristes venant voir le fameux site Inca.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour monter au Machu Picchu d’Agua Calientes, il y a 2 options : le bus ou la marche. Le billet de bus étant à 10$ le trajet aller d’environ 10-15min, on ne s’est même pas posé la question, même si après avoir marché pendant 4 jours, avec de bonnes journées, ça nous disait trop rien de se taper 500m de dénivelé bien raide dès 5h du matin, mais le bus c’est un peu du racket !

Bien qu’ancien (XVIème siècle), le site du Machu Picchu a été découvert très récemment, en 1911. Un archéologue américain cherchant les vestiges d’une autre civilisation aurait été orienté vers une famille de paysans vivant dans la forêt au pied des montagnes. A sa rencontre, le paysan confirme qu’il existe effectivement des vestiges de monuments anciens en haut de la montagne, enfouis dans la végétation. C’est le fils du paysan, âgé de seulement 7 ans, qui emmène ce visiteur américain. Quelle ne fut pas sa surprise quand il découvre, non pas ce qu’il cherchait, mais quelque chose de bien plus grand, majestueux et totalement inconnu des historiens et archéologues : le Machu Picchu.

On est arrivés au site juste à l’ouverture, on trépignait d’impatience. On avait tellement entendu parler du fameux Machu Picchu qu’on n’en pouvait plus, il faillait qu’on y rentre. Passés l’entrée ça a été l’explosion visuelle : un ensemble de temples, de maisons, de murs, de terrasses… tout ça construits avec les fameuses pierres Inca (gros blocs de plusieurs tonnes parfaitement taillés, s’imbriquant les uns dans les autres au millimètre près).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A Cusco, on avait apprécié l’ingéniosité et la qualité des constructions Incas, mais là on est au summum de cet art. La perfection des murs, du taillage de pierres de l’assemblage nous ont laissés bouche bée. Ce qui joue également beaucoup dans cette magnificence, c’est la situation du site : tout en haut d’une montagne au carrefour de plusieurs vallées, tout ça recouvert de forêt quasiment impénétrable d’un vert somptueux. Le site est directement encadré par deux sommets : le Wayna Picchu et la Montana Machu Picchu.

Edwin nous a fait une visite guidée pendant 2h en nous donnant des explications sur plusieurs bâtiments et sur l’histoire des Incas. Ce qui est malheureusement regrettable c’est que ce site ayant été ignoré pendant plusieurs siècles, on ne sait pas grand chose dessus (étais-ce une résidence royale, un temple ???) ; il y a bien des hypothèses et supputations, mais aucune certitude. Ce qui fait que chaque guide y va de ses explications.

On est ensuite montés en haut de la Montana Machu Picchu. Encore un dénivelé de 600m, avec un escalier en pierres d’un bout à l’autre, plus de 3.000 marches… Après la grimpette du matin et les 4 jours de marche, on a bien failli abandonner en cours de route, on était claqués. Mais on a tenu jusqu’au bout, et heureusement. Arrivés en haut on avait une vue plongeante sur le Machu Picchu devançant le Wayna Picchu. C’est peut être une des plus belles vues que l’on puisse avoir de ce site archéologique à la renommée mondiale. C’est d’ailleurs d’ici qu’en sont prises toutes les photos pour les cartes postales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après la descente, on a encore déambulé entre les bâtiments, dans les couloirs étroits et sur les terrasses pendants plusieurs heures. On a finalement fini par redescendre à Agua Calientes pour regarder la finale de la coupe du monde de foot…on était avec deux allemands dans le groupe.

Le Machu Picchu n’usurpe en rien sa réputation et on comprend pourquoi c’est un des endroits les plus visités d’Amérique du Sud. D’ailleurs, on le voit rien qu’au nombre de touristes qu’il draine. Heureusement, on y était à l’ouverture et il y a un peu moins de monde, on a même réussi à prendre quelques photos sans personnes dessus…seulement des lamas, on pensait pas que c’était possible. Tout y est super bien entretenu et propre, il y a même des lamas en liberté qui broutent l’herbe des terrasses. L’entrée est très cher (50$) par rapport au coût de la vie au Pérou, mais ça vaut vraiment le coût.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Check Also

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans le désert du Wadi Rum…

Après une petite heure de route depuis Aqaba, nous arrivons au visitor center du Wadi …

9 comments

  1. Un role dans le prochain superman ce n est pas pour tout de suite 😉

  2. Des souvenirs plein la tête avec ce reportage extra.
    Génial

  3. Vous devez avoir des cuisses en béton!!!!

  4. merci de me faire revivre mon escapade au Pérou pas aussi sportive mais au combien merveilleuse .
    chapeau à tous les 2 de vrais Spidermens ll vous pourrez faire des spectacles pour arrondir les fins de mois et préparer d’autres voyages….
    bises

  5. Magnifiques photos et récit.
    Vous devez être musclés avec tous ces efforts.
    Bravo pour vos voltiges. Génial……. Ca doit être quand même impressionnant.
    Continuez à vous éclater et nous faire découvrir la suite.
    Bisous
    Claude et Michel

  6. bonjour, votre article est génial !! je pars pur l’amerique latine dans 4 mois et bien sûr le machu pichu est le site incontournable à voir, j’aimerai avoir un peu plus de renseignement sur les differents moyens pour aller au machu pichu, vous dites qu’on peut y acceder en train ou en bus , connaissez vous les tarifs? et concernant votre trek, avez vous payez l’entree du machu pichu en supplement ou cela était compris avec le trek? je ou remercie d’avance ! 🙂

    • Bonjour, merci pour ton commentaire. Le prix de notre trek comprenait l’entrée du Machu Picchu (avec la Montana). Pour le prix des billets de train, le prix indiqué sur le billet (retour uniquement) était à 60$. Pour les bus, nous n’avons pas connaissance des prix pour rejoindre Hydro Electrica (ensuite il faut marcher 2-3 heures pour rejoindre Agua Calientes), mais nous avons entendu dire par d’autres voyageurs rencontrés, que le prix est équivalent (à 2 ou 3 euros près) de faire le trajet par ses propres moyens que de passer par une agence. N’hésites pas si tu as d’autres questions. Bon voyage au Pérou, un pays magnifique.

  7. Bonjour,
    Merci pour ce super article qui donne envie ! je pars au Pérou en octobre avec mon ami et nous aimerions faire ce trek ou celui de Lares. Nous avons lu un peu tout sur internet et nous sommes un peu perdus. Pensez vous qu’on doit réserver notre trek à l’avance car ça nous embête un peu d’un point de vue des prix pratiqués par les agences alors que sur place ça semble beaucoup moins cher. Mais comme le nombre de visiteur est limité par jour nous ne voudrions pas que la visite du Machu Picchu nous passe sous le nez !

  8. Bonjour,
    Merci ! Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de réserver le trek à l’avance (sauf pour le inca trail) surtout en octobre qui n’est pas la haute saison ! L’entrée du Machu Picchu est limitée, mais d’après les informations que l’on a eues sur place, il n’y a pas de problème il reste toujours de la place, sauf à vouloir un ticket pour le Wayna Picchu. On avait réservé directement sur place avec la Montana sans problème. Il faut juste prévoir un peu de temps histoire de faire le tour de quelques agences à Cusco, même sur place les prix varient beaucoup d’une agence à l’autre, ainsi que les prestations.
    N’hésitez pas si vous avez d’autres questions.
    Bon voyage et bon trek c’est un pays superbe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *